– PUBLICITÉ –

Honda Africa Twin DCT Adventure Sport 2022 – essai

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Allure générale 

L’Africa Twin tricolore a fière allure. Les couleurs nous rappellent la Honda Interceptor des années 80. La position de conduite rend la moto très confortable, même sur de grandes distances. La largeur et la hauteur du guidon nous donnent la totale maîtrise de la direction. Avec son allure imposante, l’Africa Twin sait nous mettre à l’aise avec la selle surbaissée et étroite. Au guidon de cette machine, je me sens en plein contrôle.

Motorisation 

Honda Africa Twin DCT Adventure Sport 2022 - essai

La transmission DCT (Dual Clutch Transmission) est un point fort sur cette monture. C’est un peu comme une voiture à transmission automatique rendant la moto plus agréable et plaisante à conduire. Le gros bicylindre de 1084 cm3 nous livre toute la puissance même à bas régime. Il suffit de tourner la poignée et la fourche avant s’étire comme pour nous prévenir de bien s’agripper solidement, car honnêtement, la poussée est bonne. La transmission est douce si on y va poliment. Si je pousse la machine un peu plus, on sent bien les vitesses s’enchaîner les unes après les autres. L’unité de mesure de l’inertie (IMU) sur six axes permet de détecter les virages pour éviter un changement de rapport en plein virage, de façon à garder la traction de la roue arrière sécuritaire.

Suspension et freins

La suspension a beaucoup de débattement, elle est même peut-être un peu molle. Elle est réglée électroniquement selon le choix de mode de conduite pour nous donner du confort à basse vitesse et de la stabilité à haute vitesse. Les freins eux sont très efficaces. Deux grands disques avant et deux étriers à deux pistons sur la roue avant. La roue arrière comprend un disque et un étrier à un piston. Le freinage est plus que suffisant. Il est équipé du système ABS.

Équipements

Des poignées chauffantes et un régulateur de vitesse font partie de l’équipement de base. La suspension se règle selon le mode de conduite choisi. Il y a beaucoup de paramètres personnalisables selon le terrain de jeu. Nous avons à notre disposition le mode Tourisme, Urbain, Gravier ou Hors-route. Il est aussi possible de personnaliser deux utilisateurs avec chacun leurs préférences de poussée, de frein moteur, de suspension, de contrôle de traction. Le système Apple CarPlay nous permet d’augmenter l’expérience Techno sur l’Africa Twin. Il suffit de jumeler le système de communication sur le casque (ex. : Cardo, Sena) avec la moto pour en profiter. Par contre celui-ci prend en charge le volume de la musique, des appels téléphoniques du système de communication. C’est un détail qui m’a agacé puisque c’est plus facile de partir ou arrêter la musique, de répondre au téléphone sans l’Apple CarPlay. Le système de communication que je possède (Cardo PackTalk) le fait très bien sans être obligé de pitonner sur les nombreux boutons se trouvant sur la poignée gauche de la moto. 

Autre détail, il n’y a pas de coffret prévu pour mettre le téléphone. Le fil doit être raccordé du téléphone à la prise USB de l’Africa Twin pour utiliser l’Apple CarPlay. Donc le téléphone dans la poche du manteau et le fil pendouillant jusqu’à la prise USB. J’ai détesté ça… Évidemment, il existe des supports pour téléphone, ce qui aurait probablement amélioré mon expérience. Le pare-brise fait une bonne protection. L’ajustement de la hauteur demande les deux mains, ce qui ne peut être fait en roulant. Il me semble que ce détail serait facile à corriger. Les clignotants s’annulent tous seuls. L’ordinateur mesure la différence de rotation entre les deux roues et dès que celles-ci sont revenues à la même rotation, les clignotants s’annulent. Ce n’est pas parfait, ça ne marche pas à tous les coups. Souvent les clignotants s’éteignent avant l’intersection. Ou encore, parfois ils n’arrêtent pas de clignoter, après un dépassement par exemple. Les valises qui équipent cette moto sont de grands formats et s’ouvrent avec facilité. Il est possible de les verrouiller avec la clé de contact, pas besoin de clé différente. Les phares à DEL donnent un bon éclairage. De plus, des phares adaptatifs s’allument en virage pour éclairer les zones obscures. La selle est ajustable sur deux positions, ce qui plaira aux pilotes plus grands que la moyenne.

Honda Africa Twin DCT Adventure Sport 2022 - essai

Impressions de conduite

L’Africa Twin DCT est très agréable à conduire tant sur les routes asphaltées que sur les chemins de gravier. Je ne l’ai pas essayée hors route. Je préconiserais un modèle plus petit et plus agile. C’est quand même possible de s’y aventurer. Elle en est capable! La douceur de la suspension et la longueur des amortisseurs donnent l’impression de rouler sur un nuage. La selle nous dit le contraire. Son étroitesse rend la moto plus maniable en sentier. Par contre, la fatigue se fait sentir plus rapidement sur la route avec ce type de selle. La transmission DCT est vraiment surprenante. Au départ, je suis de ceux qui regardaient ça d’un drôle d’air. Je suis de la génération des poignées d’embrayage et du levier de vitesse. Cette facilité de partir de la position arrêt jusqu’au décollage, d’accélérer, de ralentir, la DCT est juste wow! Je ne verrai plus jamais ça de la même façon. Il est possible d’accélérer tout en douceur ou au contraire, monter en régime pour gagner de la vitesse rapidement. Je dirais presque que la transmission DCT devine mes intentions, c’est presque déconcertant! 

Honda Africa Twin DCT Adventure Sport 2022 - essai

Conclusion

L’Africa Twin DCT Adventure Sport 2022 est plaisante sur route, stable sur gravier. La transmission DCT augmente le plaisir de conduire cette machine. 

On a aimé sur cette moto :

  • La transmission DCT
  • La course de la suspension
  • La douceur de roulement 
  • La selle rabaissée
  • La position de conduite
  • Les modes électroniques personnalisables
  • Le torque même à basse vitesse 

On a moins aimé :

  • Les commandes complexes sur les poignées 
  • La selle qui devient vite désagréable sur la route
  • Le pare-brise qu’on ne peut ajuster en roulant

J’ai parcouru 1333 km avec l’Africa Twin et j’ai consommé 72 litres d’essence pour une consommation moyenne de 5,4 litres/100 kilomètres.

L’équipe de Raven Media voudrait remercier Honda Canada pour l’essai de cette moto. L’Africa Twin DCT Adventure Sport n’a pas à être gênée devant la concurrence. Et lorsqu’on connaît la fiabilité et la qualité de Honda, on se sent en confiance au guidon de cette moto. 

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Michel Laplante

Michel Laplante

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS